L'édito de la semaine

Vive la télé !

* * *

Cette semaine j’ai envie de m’énerver (encore plus que d’habitude je veux dire). Dans ma ligne de mire, deux émissions très différentes mais tout aussi scandaleuses à mon sens. La première c’est Une ambition intime, présentée par Karine Lemarchand. J’en avais parlé brièvement dans un précédent édito en des termes qui traduisaient déjà toute l’affection que je portais à l’émission avant même qu’elle n’ait commencée. Au programme de la première dimanche dernier : Nicolas Sarkozy, Arnaud Montebourg, Bruno Lemaire et Marine Le Pen. C’est justement sur cette dernière que se sont portées les plus vives critiques à l’égard de l’émission : inviter la présidente du FN à une heure de grande écoute pour parler de son enfance difficile… Touchy. Mais finalement, est-ce vraiment sur ce point qu’il fallait juger l’émission ? Pour moi, ce n’est pas la présence de Marine Le Pen l’élément le plus gênant (bien que ça le soit quand même beaucoup) et la question à se poser n’est pas « Fallait-il l’inviter ? » mais plutôt « Fallait-il faire cette émission ? ». Du politique-spectacle dans toute sa splendeur, l’émission pousse la peopolisation des hommes et femmes politiques à son paroxysme. Plus on avance, plus les représentants politiques sont davantage mis en avant pour leur personnalité que pour leur programme politique (celui-ci ne tenant aux yeux du public qu’en quelques idées principales, phrases chocs ou autres slogans scandés par le candidat). Alors, évidemment que l’aspect humain rentre en compte dans l’appréciation que l’on se fait d’un potentiel président, mais s’il n’y avait que ça, je pense que beaucoup d’entre nous pourraient aisément le devenir. En vrai, j’en n’ai rien à faire de connaitre les traumatismes de Marine Le Pen, les détails sur la vie intime de Bruno Lemaire ou encore le récit de l’enfance de Sarkozy. Si c’est vrai que les Français peuvent vouloir mieux connaitre les candidats, est-ce une bonne idée de les séparer de ce qu’ils proposent pour le pays ? En pleine période électorale, est-ce judicieux de les dépolitiser ainsi ? Je me pose sérieusement la question. La présentatrice, qui avoue elle-même qu’elle n’y connait rien en politique (ceci dit ce n’est pas vraiment le propos de l’émission c’est vrai) se défend en disant « les candidats n’en peuvent plus des journalistes politiques ». Beh oui mon chou mais en même temps c’est normal, contrairement à toi, eux ils leur posent des questions qui paraissent embêtantes certes (parce qu’elles cherchent à détecter les failles, les limites de leur argumentation), mais qui sont, me semble-t-il, pertinentes au regard de la fonction qu’ils convoitent… Pour moi, jouer ce jeu est dangereux. Cette banalisation du découplage politique-personnalité me fait peur… Et si on allait vers de plus en plus de candidats comme Trump ? D’ailleurs peut-être que Karine Lemarchand a l’ambition de le recevoir un jour pour faire causette avec lui non ? On ne sait jamais, peut-être voudrait-elle montrer que derrière le clown richissime, sexiste et borderline, il y a un homme qui est … Nan même pour illustrer l’exemple, j’ai du mal à trouver un point positif imaginaire à ce mec. En attendant, je ne regarderai pas cette émission (mais je ne me gênerai pas pour la critiquer non non).

La seconde émission dont je veux vous parler, je pourrais en faire un véritable roman tellement il y en a des choses à dire… Touche pas à mon poste. Véritable phénomène, cette émission on l’adore ou on la déteste. Je dois avouer que j’ai longtemps regardé TPMP… (douloureuse révélation). En fait, quand ça a commencé sur France 4 en 2010, je trouvais le concept intéressant et l’ambiance bon enfant. Quant à Cyril Hanouna, il me faisait rire, vraiment. Et puis le temps passe… changement de chaine, changement de chroniqueurs, changement de ton. Il y a quelques mois, je défendais encore l’animateur vedette face à ses détracteurs, en prônant que c’est une émission qu’on regarde « pour rire, pour se détendre ». Oui mais depuis j’ai changé d’avis, et pas qu’un peu. Entre toutes les polémiques, c’est celle de la « gifle » de Joey Starr à Gilles Verdez qui a été celle de trop pour moi. C’est à partir de là que je me suis rendue compte de la vacuité du programme. Rire oui, mais à quel prix ? Humiliations, provocations, défis dégoûtants, … Est-ce vraiment ce qu’on veut voir à la télé ? Je ne sais pas mais en tout cas le succès est au rendez-vous. Mon intention n’est absolument pas de caricaturer les personnes qui sont fans de l’émission, ou qui la regardent pour passer le temps. Ni de les définir comme débiles. D’ailleurs, en temps normal, je n’aurais pas pris la peine de faire un article sur cette émission mais la polémique qui a déchainé les réseaux sociaux ces derniers jours ne pouvait pas me laisser insensible et sans réaction. En cause, un défi fou lancé une fois de plus par le gourou Hanouna : rester à l’antenne 35 heures (le fameux #35hdebaba). Et 35 heures, c’est bien assez pour avoir son lot de moments gênants voire choquants. Et il y en a eu. Un en particulier a retenu l’attention : l’affaire de « l’agression sexuelle ». Tout commence avec un jeu, qui déjà en soi respire le bon goût : reproduire le cambriolage dont a été victime Kim Kardashian. Alors oui moi j’ai exprimé mon point de vue sur cette histoire et l’ampleur que ça a pris (et je ne retire pas ce que j’ai dit), mais de là à se moquer d’une agression, même si c’est celle de Kim, ça me parait effarant… Pas de limites dans cette émission donc, on l’aura compris. Et ça s’est confirmé quand le chroniqueur Jean-Michel Maire, après qu’Hanouna ait insisté lourdement pour qu’il galoche la jeune femme qui jouait le rôle de Kim K et que celle-ci ait refusé, l’a embrassée sur … sa poitrine ! Et pour bien conclure le truc, aux chroniqueurs de la juger un peu trop « coincée ». De mieux en mieux. Beaucoup diront que ce n’est pas si grave, que ce n’est qu’un bisou, que la jeune femme savait à quoi s’attendre ou encore d’autres excuses qui viendraient dédramatiser la situation, voire culpabiliser la femme (on le sait tous, nous les femmes on allume les hommes, c’est pour ça qu’ils nous agressent évidemment… Et oui c’est malheureusement ce que beaucoup pensent encore) et surtout rendre ce type de comportements banal.

TPMP.PNG
La scène qui a choqué (Capture d’écran aufeminin.com)

Un non c’est un non. Ça n’a l’air de rien mais voir ça à la télé, tourné en dérision sous le couvert de l’humour, est-ce un bon exemple pour les nombreux jeunes qui regardent l’émission ? Forcer une fille à faire quelque chose qu’elle ne veut pas faire, finalement c’est pas si grave hein ? Lorsqu’on est exposé à de telles images à la télévision (comme si ce n’était pas déjà assez le cas dans la réalité), que ce soit ici ou dans les émissions de téléréalité, je reste persuadée que ça peut d’une certaine manière « conditionner » l’esprit en normalisant des attitudes, des représentations, des valeurs qui ne devraient pas être donnés en exemple. Le truc, c’est que ça se passe chez Hanouna. Faire des belles audiences et rapporter plein de sous, ça l’a clairement rendu intouchable. Sous prétexte que c’est une émission de divertissement, tout devrait être permis ? Le CSA s’il vous plait, sanctionnez ces agissements. Bientôt Hanouna, ça va devenir Sarkozy : on fait plein de trucs pas bien, mais on nous laisse continuer quand même. Comme quoi, politique et médias, c’est du pareil au même.

À force de voir les mêmes comportements tout le temps, on les banalise, on les rend « normaux » et du coup, beh, on ne s’en offusque plus. Alors moi, contrairement à ce que répète Cyril à la fin de chacune de ses émissions, j’ai envie de vous dire : la télé, c’est PAS que de la télé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *