L’ASMR : quand les sons mènent à l’orgasme cérébral

On se retrouve aujourd’hui pour parler d’un sujet un peu spécial… l’ASMR ! Bon, il se peut que tu sois en train de froncer les sourcils en te demandant s’il s’agit d’une pratique sexuelle étrange ou d’un nouveau boysband. Eh bien non, je te rassure tout de suite, ça n’a rien à voir avec ça, promis. Pour être honnête avec toi, quand je parle d’ASMR aux gens, je me retrouve généralement face à deux types de réactions : soit on voit ça comme un bon gros truc de fétichiste extrêmement chelou, soit on en est complètement accro. Alors si toi tu n’en as jamais entendu parler (ou même si tu fais partie de l’une des deux catégories que je viens de citer), laisse-moi t’en dire un peu plus sur ce qui se cache derrière ce mystérieux acronyme.

* * *

Ça veut dire quoi “ASMR” ?

En fait, ASMR ça signifie « Autonomous Sensory Meridian Response ». Bon en clair, on pourrait dire que ça correspond à une sensation physique éprouvée suite à des stimuli extérieurs. Ce sont des sortes de petits picotements qu’on ressent au niveau du crâne voire dans d’autres parties du corps (bon, je te vois déjà venir, ça n’a rien à voir avec quelque chose de sexuel ok ?). Tu sais, c’est un peu comme quand on te masse délicatement la nuque et que tu sens une sorte de frisson qui parcourt l’ensemble de ton corps. C’est pour ça que l’on parle d’orgasme cérébral. Bon après, ces sensations peuvent évidemment varier d’une personne à l’autre, mais ce qui est commun dans l’ASMR, c’est ce sentiment de bien-être et d’apaisement qu’on va ressentir à la suite de ce qu’on appelle des « déclencheurs ». Et ces déclencheurs ou triggers en anglais, ils correspondent simplement aux multiples façons d’atteindre ce fameux ASMR. On peut retrouver par exemple des chuchotements (whispering), des tapotements (tapping) sur différentes matières, le bruit du plastique qu’on fait craquer (crinkle) ou encore le frottement des mains (hand sounds).

Ma première fois avec l’ASMR

Bon évidemment quand on l’explique comme ça, ça a l’air étrange comme truc, je peux comprendre. Moi-même, la première fois que j’ai visionné l’une de ces vidéos ASMR sur Youtube, je dois dire que j’ai été super intriguée. C’était il y a un peu plus d’un an, après avoir entendu une youtubeuse en parler en des termes peu engageants, j’ai voulu en découvrir plus par moi-même. Et je dois dire que sur le coup, j’étais plutôt dans la catégorie des « mais c’est quoi ce truc de psychopathe ? avec ces gros plans, ces bruits de bouche et cette manie de tapoter plein d’objets ?! Non mais allô ! ». Mais ça c’était à la première vidéo. Au fur et à mesure que je regardais ces vidéos, je me remémorais cette sensation que j’avais depuis l’enfance (et que je n’avais pas vraiment identifié jusqu’alors) quand quelqu’un me chuchote à l’oreille ou quand j’entends le bruit des pages d’un livre qui se tournent ou encore quand je suis chez le médecin qui, avec sa voix calme, ses gestes doux et l’attention toute personnelle qu’il me porte, provoque en moi un sentiment de bien-être ultime. Un sentiment que je n’arrivais pas à retrouver quand je le voulais… jusqu’au jour où j’ai découvert l’ASMR. Moi qui suis hypersensible (tant physiquement qu’émotionnellement), j’y ai trouvé de quoi passer un moment d’évasion et de bien-être intense. Et depuis, j’en suis tout simplement devenue fan, vraiment. Je partage donc avec toi l’une des toutes premières vidéos ASMR que j’ai visionnée, peut-être que tu y seras aussi sensible que je l’ai été, qui sait.

Une méthode de relaxation à part entière

Alors oui, je sais, ça parait fou tout ça. Mais finalement, c’est juste une méthode de relaxation comme une autre. Évidemment, quand on n’y est pas initié, c’est assez déconcertant, je le conçois. Ce qui pousse parfois les gens à faire preuve d’un jugement pas sympa, voire humiliant envers les amateurs d’ASMR. Mais si on ouvre son esprit, si on prend le temps de dépasser ses a priori et qu’on se laisse aller, il y a vraiment moyen de découvrir un univers génial et de se faire du bien. Après, je dois avouer que dans la palette de vidéos ASMR qu’il existe, il y a des choses que je ne peux absolument pas supporter ! Par exemple, comme je suis misophone, je ne supporte pas les bruits de bouche (oui ça peut sembler paradoxal quand on sait que c’est quand même assez courant dans l’univers ASMR). Du coup, les gens qui mangent, qui embrassent leur micros ou qui font des sons avec leurs langues, je peux pas. Par contre, tout ce qui est whispering, tapping, et surtout roleplay, c’est totalement ma came ♥ Et ça justement c’est cool, ça veut dire qu’il y en a pour tous les goûts… Il suffit juste de trouver ses propres déclencheurs. Mais bon, malgré toutes les éloges que je fais à l’ASMR, je préfère quand même t’avertir : il se peut que tu ne sois pas du tout réceptif, voire que tu sois carrément irrité par ce genre de vidéos… Et du coup j’imagine que tu me prendras pour une folle de t’avoir encouragé(e) à aller tester ce truc… Ou alors autre possibilité… tu vas tout simplement adorer ! Et dès que tu auras un petit moment, tu iras écouter des gens qui te chuchotent à l’oreille et qui utilisent plein de petits objets pour te faire du bien (oui je parle encore d’ASMR). Toujours rester ouvert à tout dans la vie, je ne le répèterais jamais assez. Et puis, ça te coûtera moins cher qu’une séance dans un spa. Alors, on dit merci qui ?

_______

En bonus, je te donne un petite liste des artistes ASMR que je préfère, histoire que tu puisses aller découvrir ça par toi-même, c’est cadeau.

Jessy Relaxation ASMR  Roxane ASMR  Rikita ASMR  Alinea ASMR  Paris ASMR  ASMR Glow

One thought on “L’ASMR : quand les sons mènent à l’orgasme cérébral

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *